3
2
le monde:
 
1
 
les articles du Jeudi:
       
En évidence



















 
Image du Jour
 
 
 

D'une passion à un métier

Mise à jour: 16/08/2007 12:05:13

Faire d'un hobby une activité professionnelle: un rêve caressé par beaucoup et que Dominique Seurin est en passe de réaliser.
Marc Fassone

Juriste de formation et de métier – on lui doit le site d'informations juridique luxembourgeoise JurisEdit –, Dominique Seurin a créé Cocktail Edit, une entreprise qui créé et commercialise des cocktails prêts à boire.
Pour Dominique Seurin, faire des cocktails était à l'origine un passe-temps, un hobby. Du moins jusqu'à l'inauguration de l'année culturelle pour laquelle il a créé une boisson bleu cyan à base de rhum, de curaçao bleu et de coco, «cerf-vie» avec succès aux Rotondes et à Exit.07. Et le passe-temps s'est transformé en métier.
Créer un cocktail demande, outre une connaissance approfondie des alcools, une forte dose de créativité, détaille Michel Seurin. Un cocktail, ça se voit, ça se sent puis ça se déguste. Il faut d'abord travailler sur la couleur. Puis sur sa présentation. Il y a un principe de densité à respecter, les sucres sont plus lourds que les alcools forts et au centre s'intercalent les sirops, les jus de fruits. Mais la beauté ne suffit pas. Le cocktail doit avoir bon goût. Et la, ce sont l'expérience et le feeling qui parlent. Sur une centaine de projets, seuls un ou deux plaisent vraiment.
Et c'est quand vous avez obtenu ces réussites que vous pouvez passer à la commercialisation.

Un temps plein

Cette étape, il a enfin décidé de la franchir. En famille. Il nous a fallu un an pour confectionner notre gamme et cela fait maintenant deux mois que nous sommes pleinement opérationnels. Une activité presque à plein temps. Il faut sélectionner avec soin ses fournisseurs pour s'assurer une qualité constante des ingrédients. Il faut aussi s'occuper de la mise en bouteille. Qui se fait à la maison de façon artisanale.

Et il faut aussi commercialiser les produits. Et si on peut se les procurer via internet et le site www.cocktailedit.com, la cible privilégiée de Dominique Seurin est celle des bars à cocktails.

Un marché difficile car très orienté bière et conservateur. Cependant, le succès est là et il est même plus rapide que prévu. Aujourd'hui, les produits siglés Cocktail Edit se trouvent dans plus de trente bars couvrant tous les quartiers de la ville de Luxembourg. On sert également nos produits au «Coconuts» d'Arlon et au «Café de la Moselle» à Thionville.
De quoi écouler la production, qui n'atteint encore qu'une petite centaine de bouteilles par mois.
Mais cela pourrait vite changer. Des contacts ont été pris auprès de Cora et de Delhaize pour une distribution en grande surface. Dominique Seurin n'en fait pas mystère: il verrait bien ses produits distribués à l'international.
Cocktail Edit cherche aussi a étoffer sa gamme qui compte actuellement sept cocktails titrant en moyenne 20 degrés d'alcools et pouvant être servis secs ou servir de base à la préparation d'autres cocktails ainsi qu'un produit de prestige, «la rose de Luxembourg», un cocktail à base de Cognac, de vin mousseux d'alsace et de sirop de rose composé pour commémorer le cent cinquantenaire de la réintroduction de la rose au Grand-Duché.
Dominique Seurin prépare une autre nouveauté: une vodka à l'épeautre. Ce sera la première vodka produite au Luxembourg ainsi que la première vodka au monde à base de cette céréale rustique. Fabriqué en petite série – 166 bouteilles numérotées –, ce produit résume notre démarche: faire preuve d'originalité et trouver des saveurs originales et innatendues.

Si cette vodka trouve son public, une production en grande série est envisagée.
L'innovation, Cocktail Edit la recherche aussi dans le flaconnage. Dominique Seurin parcourt le monde à la recherche de la bouteille qui se remarque dans les rayons. Avec le «shot cube» – des bouteilles carrées empilables, ce qui permet de mettre en valeur le produit –, il a remporté un beau succès auprès des professionnels. Des magazines français spécialisés m'ont téléphoné afin de réaliser un sujet sur ces bouteilles, narre t-il, gourmand.
Afin de toucher un plus large public, Dominique Seurin tiendra un stand lors de la braderie annuelle le 3 septembre prochain sur la place d'Armes à Luxembourg.
L'occasion d'approcher le premier liquoriste à s'installer depuis quinze ans.

 
Galeries photos
 
Meteo
 
News
 
Sondage
Pour faire des économies d'énergie, seriez-vous prêt à :
accepter une limitation à 100 Km/h sur autoroute?
payer une taxe en fonction des Kms parcourus?
utiliser tous les jours les transports en commun?
ne suis pas concerné par les économies d'énergie